dossier-streaming-formats-audio-principal

La musique dématérialisée [partie 2]

26/12/2018
Les formats audio

Après une courte introduction au streaming de qualité dans notre premier dossier, nous voilà à vous présenter ce second billet qui traitera – avant les étapes pour ripper un CD – des formats musicaux. Cela nous permettra de faire un point sur les principaux formats utilisés aujourd’hui pour la musique - cette liste est bien sûr non exhaustive - mais surtout de démystifier le streaming car musique dématérialisée ne rime pas forcément avec mp3. On vous dit tout.

Avant de lister les formats un à un, il nous faut les catégoriser. Parce que non, tous les formats audio ne se valent pas. On peut les regrouper en deux grandes catégories. Il y a tout d’abord les formats sans compression et sans perte. Contrairement à certainement idées reçues qui ont la vie dur, musique dématérialisée ne signifie pas nécessairement que l’on modifie le fichier. Certains formats sont des copies 1:1 des originaux, 16, 24bits ou plus.

Viennent ensuite les formats compressés qui nous permettront de gagner de l’espace sur un disque dur ou un NAS. Dans cette catégorie, il faut bien distinguer les formats sans perte – aussi appelés non destructeurs - des formats avec perte – destructeurs. La logique est simple, un fichier sans perte contient les mêmes informations que le fichier original, organisées de telle manière qu’il permet de gagner de la place lorsque c’est possible. Un fichier compressé, puis décompressé sera alors identique au fichier initial.

 

 

1/ Formats sans compression

 • Waveform Audio

Certainement le format non compressé le plus populaire. Dérivé du format RIFF - moins connu - et popularisé par Microsoft, il permet de stocker des données sans transformation, d'une résolution de 16 ou 24bits. Le format audio utilisé à la radio, télévision – BWF pour Broadcast Wave Format – est directement dérivé du codec de Microsoft. Il permet notamment une implémentation de métadonnées plus riches.

 

• Audio Interchange File Format

Tout comme le WAV a été développé par Microsoft, Apple a mis au point l’AIFF. Et malgré une licence propriétaire, il est tout à fait possible de le lire depuis la plupart des lecteurs hifi, tous fabricants confondus.

 

• Direct Stream Digital

Attention, le DSD est un format à part du WAV et de l’AIFF. Alors que les précédents fonctionnent par paquets (16, 24 ou 32 bits), le DSD fonctionne bit par bit à des fréquences beaucoup plus importantes (2,8 millions de fois pour le « standard » DSD64). Pour atteindre une meilleure qualité, le DSD128 double et le DSD256 quadruple simplement la fréquence d’échantillonnage du DSD64 pour atteindre 11MHZ.

Nota : le DSD64 tire son nom de sa qualité par rapport au CD. La fréquence d’échantillonnage du DSD est 64 fois plus élevée que le CD traditionnel (44 100 x 64 = 2 822 400).

À la différence des formats traditionnels, il est préférable de vérifier que votre lecteur ainsi que votre convertisseur sont compatibles avec les fichiers DSD. Pour profiter pleinement du DSD natif, il sera également nécessaire de coupler un lecteur avec un convertisseur de même marque. Dans le cas contraire, le DSD sera transposé en PCM – technique appelée DoP pour DSD over PCM.

 

 

2/ Formats compressés sans perte de données

Alors que le débit des formats originaux est fixe - directement lié à leur résolution et leur échantillonnage - celui des formats compressés sans perte de données est variable. Il oscillera, suivant les données transmises – entre quelques kilobits par seconde* et 1 411kbps pour une qualité CD, ou 4 608 kbps pour une qualité 24bits - 96kHz. Le débit sera ainsi différent d’une seconde à l’autre d’une même musique en fonction de l’importance des informations audio à transmettre.

 

• Apple Lossless Audio Codec

Comme son nom l’indique, ce format a été développé par Apple pour palier aux lacunes de la norme MPEG-4. La particularité de ce format est qu’il a été développé avec le soucis d’être décodé des appareils à la puissance limitée (comme l’iPod). Son taux de compression n’est peut-être pas le plus performant sur le marché, cela ne remet cependant pas en question ses qualités audio.

 

• Free Lossless Audio Codec Codec

Certainement le format compressé fidèle le plus connu. Le FLAC existe depuis près de 20 ans et n’est jamais tombé sous licence propriétaire. Outre l’universalité du FLAC auprès des lecteurs de musique, il est également possible de lui ajouter des métadonnées riches comme les pochettes de CD par exemple.

Les fichiers FLAC sont disponibles en qualité CD et HD jusqu’en 24bits avec la possibilité d’intégrer jusqu’à 6 canaux séparés pour une écoute surround.

 

• Windows Media Audio Lossless

À l’image de l’ALAC pour Apple, Microsoft a également développé un format audio compressé. Originellement avec perte, l’entreprise a rapidement mis au point une version sans perte – Lossless. Tout comme le FLAC, le WMA Lossless permet d’encoder jusqu’à 6 canaux en 24bits.

 

• Master Quality Authenticated

C’est un nouveau venu en haute-fidélité. Tout d’abord développée par Meridian Audio dès 2014, il est aujourd’hui sous licence propriétaire de MQA Ltd. Les encodés en MQA, plus complexes que les formats traditionnels, sont aujourd’hui principalement utilisés sur la plateforme de musique en ligne de Tidal dans son forfait HIFI.

Le MQA est un format à part pour plusieurs raisons. Tout d’abord ne s’agit pas d’un format à proprement parler mais plutôt d’une technologie d'encodage. C’est-à-dire qu’un fichier MQA peut voir le jour à partir d’un fichier audio FLAC, WAV ou tout autre format lossless hors DSD.

Ensuite, le MQA permet de compresser un fichier haute définition exclusivement. On obtient alors un fichier du poids d’un fichier qualité CD tout en bénéficiant de fichiers 24 bits. Deuxième particularité, si votre lecteur et votre convertisseur ne sont pas compatibles MQA, le fichier sera reconnu et traité en qualité 16bits, alors que d’autres formats ne seraient tout simplement pas lus.

Notons tout de même qu’étant donné le peu de recul que nous avons sur le MQA - et son caractère propriétaire - il n’a pas, à ce jour, été prouvé qu’il est bel et bien fidèle au fichier original comme l'annonce la société américaine.

 

 

3/ Formats compressés avec perte de données

Contrairement aux formats sans perte de données, le débit des codecs lossy détermine la qualité de compression. Les débits traditionnels sont – respectivement et du moins fidèle au plus qualitatif – 128, 256 et 320kpbs. Un fichier audio compressé à 320kbps correspond à une compression - destructrice - de 4,41 fois celle du CD audio.

 

• Advanced Audio Coding

L’AAC est une réponse directe au MP3 puisque développé pour le remplacer dès la fin des années 1990. Alors qu’il a été choisi par de nombreuses marques – Apple par exemple – aujourd’hui on notera notamment que la Radio Numérique Terrestre (DAB+) utilise ce format pour la diffusion des radios. S’il vous est inconnu, le format AAC devrait donc se faire mieux connaître dans les années à venir. Il est souvent regardé comme un format supérieur au MP3 pour différentes raisons, l’une d’elle, sa plage de fréquences s’étalant de 8Hz à 96kHz quand le MP3 se limite à 16bits - 48kHz.

 

• MPEG Audio Layer III

Ah le MP3 ! Ce format plus populaire que tout autre et qui a permis une première vague de démocratisation de la musique nomade dans les années 2000. Il a été la solution la plus populaire aux problèmes d’espace des disques durs et clefs USB pour stocker plus de musiques à moindre coût. Pratique… Mais les préjugés ont la vie dure et le MP3 est souvent associé à internet et plus largement à la musique en ligne. Une malheureuse erreur qui ferme les portes du streaming à de nombreux salons.

Le MP3 est cependant aujourd’hui toujours très utilisé, notamment dans les abonnements de musique en ligne gratuits et pour les radios par internet.

 

• Vorbis

Tout comme le FLAC, le format audio issu des ingénieurs Vorbis est sans brevet et libre de droit et, à l'image du format AAC, il se proclame de meilleure qualité que le MP3. Comme l’ensemble des formats destructeurs, OGG Vorbis permet des débits variables selon le niveau de compression (de 45 à 500kbps ici).

OGG Vorbis est notamment utilisé pour écouter les musiques via la version pour ordinateur de Spotify.

 

• Windows Media Audio

Nous l’avons vu plus haut, Microsoft a développé un format audio WMA avec ou sans perte de données. Attention, ici, la mention « lossless » n’est pas indiquée, nous avons donc à faire au format avec perte de données. L’extension – elle – reste la même. Seul le poids du fichier trahira la version destructrice de la musique, quelques méga contre plusieurs dizaines sans perte de données.

 

 

 

Comment choisir ?

La première décision est simple. Oubliez les formats destructeurs dans la mesure du possible. Aujourd’hui, l’informatique est moins chère, et les disques durs volumineux sont beaucoup plus accessibles pour que nous puissions nous accorder quelques plaisirs.

Rappelons-nous que la musique ne sera jamais de meilleure qualité qu’elle n’est sur l'enregistrement et le fichier original utilisée. Nous vous conseillons très fortement d’oublier mp3, ogg vorbis au profit des formats soucieux de la qualité audio.

Vient ensuite le choix du format : compressé ou non ? Certains préfèreront le WAV ou encore l’AIFF pour limiter au maximum le traitement de la musique. C’est tout à fait compréhensible. De notre côté, nous avons rarement fait l’expérience d'une baisse de la qualité audio lorsque la compression était réalisée convenablement. Les formats compressés sont selon nous un bon compromis entre espace nécessaire au stockage des musique et qualité d’écoute.

Mais alors, une seconde question vient se poser, comment choisir entre le WAV et l’AIFF, ou encore entre l’ALAC, le FLAC et le WMA lossless ? Ces formats possèderont les mêmes données. À chacun d’entre nous de faire son choix selon ses préférences. Nous préconisons souvent le FLAC pour les formats compressés puisqu’il s’agit d’un format libre - non propriétaire - mais il sera tout aussi judicieux d’en utiliser un autre.

 

 

 

Partie 1 | La musique dématérialisée

Partie 2 | Les formats audio

Partie 3 | Dématérialiser sa musique

Partie 4 | Les services de streaming

Partie 5 | L'envers du décors : streaming & rémunération des artistes

Partie 6 | Streaming & système Hifi

 

____________________________________________

*kbps : kilobits par seconde. Il s’agit du débit – et de la résolution - des fichiers audio dématérialisés.

Retour